Entretien avec Stéphane Giasson, directeur général Puribec

Nouvelles

Par Catherine Nadeau


Une des grandes forces de Puribec, c’est l’entraide et la collaboration entre tous les collègues, peu importe le service. Les employés sont reconnus et ils savent que l’employeur est là pour eux en cas de besoin, même au niveau de leur vie personnelle. Comme Puribec c’est un peu une histoire de famille, j’ai voulu m’entretenir avec Stéphane Giasson, un des fils du fondateur de l’entreprise, feu Denis Giasson, pour qu’il nous parle un peu de ses valeurs, sa vision, son quotidien.

Merci d’avoir accepté de me rencontrer si rapidement! Je vais tenter d’être brève! On commence?

Merci à toi! Pas de problème, oui, je suis prêt!


Qu’est-ce qui vous a amené à travailler pour Puribec?

Vers la fin de l’école primaire, j’ai commencé à y travailler tous les étés. J’ai rapidement voulu me réaliser, être actif, dès un jeune âge. Éventuellement, en 1988, je suis devenu actionnaire.


Quel est vôtre rôle au sein de l’équipe? 

Je suis un mobilisateur, un peu sous forme de mentorat, un rassembleur. J’aime rallier les troupes à un projet commun, avec une bonne communication et une bonne approche. Pour moi, c’est important d’essayer de travailler au même niveau que tout le monde. Je suis pas le genre de directeur général qui impose.


À quoi ressemblent vos journées?

Tout ce qui est développement organisationnel, les ressources, les ressources humaines. Poser des actions quotidiennes pour une meilleure rétention. Aussi le développement institutionnel, commercial. Tout ce qui tourne autour de supporter la vision de l’entreprise, c’est mon quotidien.


Comment avez-vous vécu les 2 dernières années de pandémie?

Je les ai vécues pro-activement. Je pense que Puribec a pris les bonnes décisions dès le jour 1. C’était une opportunité de faire les choses différemment. On aurait pu prendre ça négativement et se battre contre la situation, mais on s’est plutôt adapté aux règles à suivre. Nous, même si on faisait partie de la catégorie “commerces essentiels”, est-ce qu’on allait mettre notre équipe à risque ou pas? On a dû se concentrer sur les cas les plus essentiels, les plus urgents. Établir des priorités. C’est sûr que j’étais inquiet, mais ensemble on est passé au travers.


Après environ 34 ans d’actionnariat, qu’est-ce qui vous motive encore à vous lever chaque matin pour aller au bureau?

L’équipe et son évolution, face à ce qu’on a réussi à bâtir. De voir des gens qui sont là depuis 20, 30, 40 ans et aussi voir la qualité de la relève. La belle synergie entre tous ces gens, ça me motive! Ça me donne le goût d’aller plus loin. C’est un beau cadeau de voir ça.


Dans 5 ans, vous voyez-vous toujours autant impliqué dans Puribec?

Oui, autant impliqué, mais peut-être par choix. Dans le sens que l’entreprise fonctionne avec encore plus d’autonomie, pour que je puisse amener d’autres projets. Au quotidien, ça va déjà très bien, mais que l’organisation n’ait plus besoin de moi.


Vous êtes un mentor au niveau entrepreneuriat. Comment c’est arrivé?

Il y a peut-être 25 ans, je me suis greffé à un club régional du groupement des chefs d’entreprise du Québec. Ce sont des entrepreneurs qui se rencontrent pour échanger sur leurs défis. À ce moment-là, il y en avait d’autres qui souhaitaient avoir de la relève, que leurs enfants reprennent leurs entreprises. Moi, j’écoutais et je recevais leurs conseils, leurs connaissances. Aujourd’hui, ce partage-là me sert et m’a donné le goût de donner au suivant. Je me suis impliqué pendant une dizaine d’années en tant qu’administrateur sur le conseil d’administration du club à Drummondville. Je continue maintenant de faire du mentorat de façon occasionnelle.


Puribec s’implique beaucoup dans la communauté, au niveau d’événements bénéfice par exemple. Pouvez-vous nous en parler un peu?

On en fait de façon régulière. Par exemple, vient d’avoir lieu la journée Golf Santé au profit de la Fondation du Centre hospitalier régional de Rimouski. Il y a aussi la Ligue de baseball Puribec du Bas-Saint-Laurent et Baseball Québec auxquels on apporte un appui financier. On aime encourager le développement du sport chez les jeunes entre autres. Quand ça concerne le sport et la santé, ça rejoint nos valeurs. 


En terminant, en dehors du travail, qu’est-ce qui vous passionne?

J’aime ne jamais m’arrêter! Que ce soit professionnel ou personnel, de toujours avoir un projet en cours. J’ai de la difficulté à juste ne rien faire. Que ce soit bricoler, voyager, faire de la motoneige l’hiver et du bateau l’été. Je suis un aventurier avec une passion des sports motorisés, le pilotage, le circuit entre amis.


Merci beaucoup pour le temps que vous m’avez consacré; ce fut un plaisir!

Merci à toi, bonne fin de semaine et n’hésite pas à me contacter s’il y a quoi que ce soit!

À surveiller:

Nous avons créé des stations de remplissage sans contact pour les événements, comme le festival de la fenaison de Saint-Narcisse de Rimouski du 8 au 10 juillet 2022, par exemple.

Pour ses 45 ans, Puribec a commencé des travaux pour relocaliser son siège

social et sa succursale de Rimouski dans le quartier industriel, pour le début d’année 2023.

“Les projets ne cessent de prospérer!” -Stéphane Giasson

Articles similaires

Soumission

Obtenez dès maintenant une soumission pour répondre à vos besoins.